Retour au sommaire
Situation grave mais pas désepérée

Moya s'est fait embrocher par un vaisseau alien débouchant d'un vortex. Résultat : deux vaisseaux emmelés et coincés dans le dit-vortex. On pouvait difficilement se trouver dans pire situation d'autant plus que Pilote réagit très mal aux sensations, couleurs, lumières,... dont il est bombardé et se retrouve complètement OUT. Les capacités de Moya déclinent rapidement et dramatiquement.

Rien d'étonnant que ce à quoi tout le monde pense, c'est : s'enfuir avant qu'il ne soit trop tard et sauver sa peau.

De toute façon, il faut bien avouer que depuis quelques temps, y'a un peu de mou dans l'équipage et on ne peut pas dire qu'il règne un esprit de cohésion intense.

Zhaan est mourante, ça on le sait, mais on se demande sincèrement si ce n'est pas la [sollicitude extrême] de Stark qui va l'achever.

D'argo/ Chiana, c'est fini, John/ Aeryn pas vraiment encore commencé. Rygel, rien de nouveau pour sa majesté. Et voilà que dans la pagaille, le second caisson s'ouvre pour délivrer une [gamine hystérique] qui fait fondre les câbles du vaisseau en même temps que les plombs de l'équipage.

Ambiance super cool, donc ! Tout à fait le genre pour recevoir des visiteurs arrivés à l'improviste. Et non seulement ceux-ci ne se préoccupent que de leurs damnées expériences scientifiques et n'en ont rien à faire de Moya mais, en plus, ils ne sont même pas aimables, refusant de dialoguer et se laisser inocculer les microbes traducteurs. Dans le genre sympathique, on a vu mieux mais, tout compte fait, c'est peut-être aussi bien comme ça. On a maintes fois eu l'occasion de vérifier que faire ami-ami avec les étrangers portait rarement chance à nos héros. Peut-être que méfiance et antipathie donneront de meilleurs résultats. Ca ne coûte pas grand chose d'essayer et, à vrai dire, ils n'ont guère le choix.

Donc, tout le monde regarde tout le monde de travers en faisant mine de travailler main dans la main, les coups de mains ayant tendance à dégénèrer en coups de poings et coups de langue matraqueuse.

La probabilité d'une mort certaine pour tous les laisse curieusement assez froids et détachés après les petites crises égoïstes de certains mais, petit à petit, les esprits se radoucissent et on assiste à quelques scènes où chacun tente d'exprimer ses sentiments de façon bourrue ou maladroite mais toujours émouvante. Zhaan fait ses adieux, essaie d'apaiser les esprits et de les préparer à la suite.

Crichton est tourmenté par les vortex et on voit bien qu'Harvey est toujours prêt à le titiller pour le faire avancer dans son sens. La Terre, entraperçue grâce à l'instrument alien, va à nouveau exercer son attirance, et la quête de Zhaan est un peu oubliée.

Côté invités-surprises, beaucoup de conciliabules et de mystères. Ces gens-là ne se prennent pas pour n'importe qui et sont décidemment bien peu sympathiques. Leur curiosité scientifique semble être tournée exclusivement sur l'étude des vortex et montre bien le danger de la spécialisation à outrance : monde fermé, esprit étroit. Aucun signe d'intérêt pour Moya et son équipage, à peine mieux considérés que des animaux. Même si l'on peut admettre que la sentimentalité ne soit pas leur fort, il est quand même surprenant qu'ils ne soient pas intéressés par les formes de vie intelligente qu'ils ont la chance de rencontrer. Ce n'est pas la première fois qu'on rencontre ce genre d'attitude mais jamais on avait été témoins d'une telle arrogance et un tel mépris.

Montée en puissance dans cet épisode avec un équipage perturbé et une situation critique
[sollicitude extrême] Oui, il est plus ch..nt que jamais ce pauvre Stark

[gamine hystérique] Oui, je sais, facile de critique mais... qu'est-ce qu'on ferait, nous, à sa place ?