Retour au sommaire
Un épisode à déguster du bout des lèvres

A ceux qui n'ont pas su déchiffrer toutes les subtilités de cet épisode, je livre mon interprétation.

Les pets et éructations de Rygel, on s'y est habitué. Pour surprendre le public exigeant des scapers, l'heure n'est plus à la dentelle. Cela les scénaristes l'ont bien compris qui nous proposent, depuis le début de la saison, toute un assortiment de scènes qui choquent les uns et ravissent les autres :

-  Jool perdant une main pour la recoller ensuite,
-  Scorpius bavant et rampant,
-  Noranti donnant à John des trucs bizarres à se mettre dans le nez,
-  Grayza suant la féminité par tous les pores [1],...
-  sans oublier Rygel qui ne serait plus qui il est s'il ne se laissait pas aller à ses penchants odorifères.

Pour le présent épisode, le cocktail choisi est à base
-  de mixture mâchouillée puis régurgitée : déjà, dans le principe, ce n'est guère appétissant mais venant de Noranti... y'a carrément de quoi donner la nausée,
-  de tout un assortiment de vomi : histoire de paraître scientifique, on en profite pour faire un cours sur l'ADN,
-  de tripes qui se tordent dans d'affreux gargouillis : ça c'est pour le cours de stomatologie,
-  de longs tripatouillages dans le vomi : ça c'est pour faire marrer Chiana, on l'a bien compris.

Comme il faut savoir doser ses effets et ne pas être trop rebutant, on agrémente de deux ingrédients :
-  les hallucinations : là, c'est le rayon de Noranti qui sort le grand jeu de la séduction et nous offre une danse orientale à faire baver un régiment (pour rester dans le domaine des fluides corporels)
-  les élucubrations : celles de Crichton évidemment qui nous fourgue encore un de ses plans vaseux à nous coller des sueurs froides (re-fluides).

S'agit ensuite de lier la sauce. Et hop ! Une petite intrigue sur le curieux comportement des Tarkans, un peu de suspens avec un Rygel en bien mauvaise posture, des nanas débrouillardes et qui n'ont pas froid aux yeux, un tandem D'argo-Crichton dans "Alerte à Malibu" nouvelle formule et le tour est joué.

Au final, on a un épisode qui ne manque pas de saveurs (même si celles-ci sont loin d'être appréciées de tous), à la fois goûteux et dégoûtant, mais qui faute de tenir au corps nous laisse un peu sur notre faim :)

[1] j'ai dit les pores, pas les porcs que vous êtes ;)